SOCIO-Marche

La Grande Marche ou l’art des faux départs

J’hésitais à y aller. Tout le monde ne marche pas pour les mêmes raisons. Se mêler à des personnes manifestant « pour faire bien » ne m’enchantait pas outre mesure. Il a toutefois suffi d’un rien pour me convaincre. Ou plutôt d’un tout, car mercredi, conjugué à vendredi et à l’insistance de quelques parents et amis venus de l’étranger, pesait plus lourd dans la balance qu’une maigre réticence quant à certaines impostures.